Korca

Découverte de Korca ; la Pâque Orthodoxe

Decouverte de Korça : La Paque Othodoxe

A environ 3 heures de route de Tirana au sud-est, se situe la ville de Korça, ville qui compte aujourd’hui 85 000 habitants.

Habitée depuis l’Age de bronze, cette ville a un important passé historique. Elle accueilli les premiers bains romains, conserve des traces d’une vie médiévale, mais a connu un développement important suite à la destruction de la ville de Voskopoja qui se trouve à une vingtaine de kilomètre. En effet, la ville était la principale concurrente pour le commerce. Suite à cela, le bazar de Korça devient important et un des plus réputés d’Albanie et abritait environ 1000 boutiques, aujourd’hui le bazar n’en compte plus que 300 mais il regorge d’objets en toutes sortes.

Korça a accueilli la première école d’Albanie en 1724, puis son premier lycée en 1856. La particularité de cette école est que l’enseignement était assuré en grec, puis en turc. Ce n’est qu’en 1887 que l’albanais apparait. Vous pouvez d’ailleurs visiter le Musée National de l’Education, qui retrace l’évolution de l’enseignement à Korça.

Mais Korça souvent surnommée « Le Petit Paris » est principalement reconnu pour son attachement avec la France. En 1917 le lycée français ouvre ses portes jusqu’en 1939. De plus, en 1914 la ville faisait partie de la province autonome de l’Epire du Nord (région du sud de l’Albanie où habite une minorité grecque) qui était alors occupé par les grecs. Au début de la Première Guerre Mondiale, la ville fut alors placé sous le contrôle de la France qui en assura la protection jusqu’aux Accords de Paix de Versailles. Aujourd’hui, un lieu de mémoire a été construit pour les disparus de la Première Guerre Mondiale : le « Cimetière Français », où se tient tous les ans la commémoration du 11 Novembre.

La ville a ensuite connu une histoire difficile, après quelques mois d’indépendance suite au Traité de Versailles, Korça fut sous l’influence communiste. Après avoir été à nouveau occupé par la Grece, l’Italie et l’Allemagne lors de la Seconde Guerre Mondiale, Enver Hoxha, qui fit ses études au lycée français, pris le contrôle du parti communiste et instaura la dictature.

 

Vous pouvez d’ailleurs retrouver un court reportage réalisé par TV5Monde Destination Francophonie,  concernant l’influence francophone à Korça, via ce lien : http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/Revoir-nos-emissions/Destination-Francophonie/Episodes/p-31363-lg0-Destination-Korca.htm

Aujourd’hui Korça a su conserver son originalité malgré l’ancien régime communiste. Il est agréable de parcourir ses ruelles, d’y visiter le musée national médiéval, son musée d’art oriental, sa mosquée, sa cathédrale orthodoxe « La Résurection du Christ » qui fut reconstruite en 1992 après qu’elle fut détruite lors du régime ou pourquoi pas visiter la brasserie de la bière Korça, une des plus vieilles bières du pays.

Korça est aussi connu pour sa cuisine traditionnelle, le Lakror en fait partie. Le Lakror est une sorte de Byrek rempli de fromage, d’épinard ou bien de tomates et oignons. A la différence d’un Byrek classique, celui-ci ne comporte que deux couches de pates, sa préparation est rigoureuse et demande du temps, soyez patient, l’attente en vaut la peine. Sa cuisson se fait dans un grand plat métallique qui est placé dans un four traditionnel à bois et recouvert de charbon de bois pour que la cuisson soit uniforme. Votre repas pourra être accompagné de musique traditionnelle jouée à la guitare.

Le weekend du 1er mai se tenait d’ailleurs à Korça la Pâque Orthodoxe. Cette fête religieuse chrétienne commémore la résurrection de Jésus-Christ le troisième jour après sa passion. La Pâque Orthodoxe est une fête chrétienne ressemblant à la fête catholique. Les différences se trouvent dans les traditions et aussi dans la date. Cette fête n’a pas de date fixe et est fixée en fonction du calendrier Julien. Une des traditions les plus populaires pour Pâque est de peindre des œufs, principalement en rouge, et de les offrir.  

La cérémonie de pâque a eu lieu le samedi soir, des centaines de personnes se sont regroupées autour de la Cathédrale Orthodoxe de Korça « La Résurrection du Christ » pour assister à la messe qui s’est tenu devant la cathédrale. Les cloches ont retentit à minuit, un feu d’artifice fut tiré, les gens ont allumé leurs bougies à partir de la bougie du prêtre, puis, ils gens ont commencé à échanger leurs œufs, et à jouer à un jeu traditionnel qui consiste à toquer l’œuf d’une autre personne, si l’œuf ne se casse pas, alors il est considéré comme porte-bonheur. 

Auteur : Estelle Thomas ©Ecotour Albania

Korca

 

Korca maison

korca 1

korca

 

korca 3

korca Skenderbeg

L’Albanie et les Albanais éveillent la curiosité des Suisses

L’Albanie et les Albanais éveillent la curiosité des Suisses

Une forte diaspora de langue et culture albanaise vit en Suisse. Grâce aux contacts avec des personnes aux racines albanaises, de plus en plus de Suisses s’intéressent à connaître de plus près les pays albanophones, mais aussi la culture albanaise.

Reportage de l'émission Diversité‬ de La Télé sur l'Albanie.

Émission magazine d’actualité portant sur les thèmes de la migration, de l’intégration en Suisse et des liens avec les pays d’origine des populations migrantes en Suisse.

 

Regardez la video:

http://www.latele.ch/play?i=60041

 

VOYAGE EN ALBANIE - SUISSE MOI - Part 1

 

Dans quelques jours, Sylvain Nicolier et son équipe * Suisse moi * partiront à la découverte de l'Albanie, le joyau le mieux caché de l'Adriatique !

En parcourant ce pays, on imagine aisément que le secret le mieux gardé d'Europe sera bientôt dévoilé au plus grand nombre. En attendant, c’est très tranquillement que le pays s’ouvre au tourisme pour les plus curieux des voyageurs.

 "On commence la rencontre avec l'Albanie à Tirana. Cette capitale représente bien son pays – c'est un mélange de styles d'architecture, de religions et de gens. On visite la mosquée, la cathédrale orthodoxe, le quartier du Bllok et on grimpe sur les pyramides. Ce vendredi soir on rejoint les foules aux terrasses pour manger nos premiers plats albanais et boire nos premiers raki, l'alcool local. 

Le lendemain matin on part vers l'ouest de l'Albanie. On arrive assez vite à Elbasan. Après la visite de la plus ancienne citadelle du pays, qui nous charme avec ses petites ruelles pavées, on goûte au vrai déjeuner albanais – le byrek.

Prochain arrêt – le lac Ohrid, séparant l'Albanie de la Macédoine. Ce lac, le plus profond des Balkans, est inscrit dans la liste de patrimoine de l'UNESCO grâce à la richesse de sa flore et sa faune. On se balade sur la plage de Tushemischt et on boit un café « shum mir » à Pogradec.

Ce soir on arrive à Korça que nous pouvons observer depuis une tour dominant la ville. On profite de découvrir la danse traditionnelle et de manger de la viande grillée avec de la bière de renommée nationale.

On emprunte la route pour monter à Voskopoje, mais on s'arrête assez vite pour voir le marché des animaux. Les paysans vendent des vaches, des veaux, des ânes et des chevaux au milieu d'un champs. 

Une fois arrivés à Voskopoje, on monte visiter le monastère de Saint-Prodhom, construit en 17e siècle. 

Nous voilà enfin arrivés dans un minuscule village Rehove, où on passe la soirée chez Koço et Lavdia, les habitants qui nous dévoilent leur vie albanaise.

Après trois heures de virages on arrive à Benje, un bassin d'eaux thermales qui nous rafraîchissent et soignent. 

Ensuite, on arrive à Gjirokasträ, une des villes les plus anciennes de l'Albanie. Elle est classée dans la liste de patrimoine de l'UNESCO. On monte aussitôt visiter le château qui surplombe la ville au coucher de soleil. 

Le lendemain matin on bouge en direction de la côte. "

Source : http://www.suissemoi.com/2016/05/10/traversee-de-lalbanie/

 

Traversée de l'Albanie